Rechercher
  • Pause Mag'

Le Mont Saint-Clair : petit sommet, grands horizons !

Mis à jour : 15 sept. 2020




Lorsque l’on pense randonnée, la plupart des adeptes se décident à affronter les pentes du Pic Saint-Loup, se frotter aux chemins du Mont Saint-Baudille ou même accéder aux grands sommets des Cévennes.

Pourtant, certaines collines, bien que de faible altitude, offrent des sensations n’ayant rien à envier aux plus hautes montagnes. Une marche ressourçante au bord de la Méditerranée nous attend.




Sète et son port constituent un véritable décor de carte postale. Mais à quelques encablures de la plage, comment des randonneurs, guère familiers des lieux, pourraient-ils trouver leur compte ? En arrivant vers la ville, impossible de rater cette colline bordée de maisons... Pas de doute : il s’agit du mont Saint-Clair !


Plusieurs choix sont possibles pour accéder au sommet : la plus simple, en voiture ; la plus éprouvante, à pieds. A noter que la ligne de bus numéro 5 mène directement en haut, avec demande expresse du port du masque, cela va de soi.



L’ascension démarre à une altitude quasi nulle ! Sur le port, on respire l’air marin qui contraste de par sa fraîcheur avec la fournaise estivale de ces derniers mois. Mais avant toute chose, il faudra trouver la voie qui mène au plus haut point de la commune. La tâche n’est pas aisée...si la colline est parfaitement visible en tous points de Sète, la ville n’en demeure pas moins un véritable labyrinthe ! Pour éviter de se perdre si l’on découvre le coin, alors le mieux est de longer le port jusqu’au bord de mer. Au bout du port, un petit rond-point apparaît : le panneau St Clair pointe vers une route en montée. Après avoir humé une dernière fois la senteur marine et admirer la pureté d’un bleu s’étendant à perte de vue, l’heure est à la grimpette. Mais inutile de chercher un chemin, car tout se fait par la route !


Depuis ce rond-point, la route prend très vite une tournure serpentueuse. Après un virage à droite en épingle, il suffit de monter encore un peu pour voir, sur la gauche, une nouvelle route en montée abrupte où se dresse à nouveau le panneau St Clair comme s’il vous suivait comme un guide. C’est cette voie qui mène également au Quartier Haut de Sète. A partir de là, rien de bien compliqué : c’est tout droit. La prudence est cependant de mise pour les piétons comme les conducteurs, car les routes sont très étroites, certains endroits en aveugle...mieux vaut surveiller ses devants comme ses arrières.


Certains passages frôlent certainement les 20% de dénivelé positif. Le soleil prend un malin plaisir à nous faire rôtir, tandis que le vent frais vient apaiser nos bras, nos jambes et notre visage. Au fur et à mesure de la montée, on tourne souvent le dos à

la mer. Mais en attendant, quelques pins et palmiers offrent une touche colorée dans certains endroits plutôt arides. Les points d’ombre sont rares mais bienvenus, le temps d’accorder un peu de répit à nos mollets.


Impossible non plus de la louper : l’antenne militaire, au détour d’un virage où automobilistes et piétons avancent à allure prudente - il faut dire que les trottoirs, comme l’ombre, savent se faire désirer. Cette antenne est là pour nous dire que nous sommes sur la bonne voie. Mais le plus dur reste à faire pour ceux ayant pris leur courage à deux mains (ou à deux pieds, c’est comme vous voulez) pour marcher.


Plusieurs enchaînements de virages tortueux avant une ultime côte bien droite...qu’elle a l’air abrupte ! C’est pourtant au bout de celle-ci que la récompense d’un paysage de merveille se trouve. Alors on prend le temps de regarder à nouveau la Méditerranée, on laisse le vent cajoler notre peau et on repart pour un ultime effort.


Et puis, au bout du bout, voilà enfin le digne rendu de nos efforts : un panorama sur l’est et le nord de l’Hérault. Par temps clair, le golfe du Lion est parfaitement visible. On peut admirer, en contrebas, le charme inhérent à Sète, ses belles toitures d’un rose chatoyant en parfaite harmonie avec l’azur de la mer. Même du haut de ses 175 mètres d’altitude, le Mont Saint-Clair offre un spectacle digne d’une poésie.

Trois quarts d’heure de marche ou quelques minutes en voiture...au fond qu’importe, le déplacement en vaut largement la chandelle.



Plus loin, c’est tout le relief Héraultais qui se dessine à nos yeux : le pic Saint-Loup, semblable vu de là-haut à une grosse tortue que côtoie, plus loin, la Montagne d’Hortus. Quand notre regard se déporte vers la gauche, on voit les Cévennes semblant nous saluer de loin. Plus à l’ouest encore, l’antenne du Saint-Baudille.

Tous accompagnés d’une pléthore d’autres montagnes plus ou moins hautes, régalant les pupilles.


Allons bon ! Avec tout ceci, on a dû finir nos bouteilles d’eau, tant il fait chaud...Heureusement, une petite fontaine d’eau potable est à la disposition de tout le monde. Elle est parfaitement fraîche et ces plusieurs gorgées redonnent une certaine vitalité.

Il n’y a pas que le paysage à regarder. Car cette immense croix blanche qui domine le mont témoigne de la présence de la petite chapelle, Notre Dame de la Salette.

Pour achever cette visite au sommet, rien de tel qu’un petit moment à l’ombre, au frais et profiter d’une tranquillité bien méritée.



12 vues0 commentaire

Formulaire d'abonnement

Autres informations

©2019 by AK - MPS